Photobucket

On a souvent, plutôt à juste titre, accusé l'ancienne équipe municipale d'avoir cherché à choisir le type de population qui devait constituer l'Amiens. Amiens est une ville populaire, qui reste relativement pauvre, dès que l'on parle d'argent. Afin de rivaliser avec l'ensemble des autres villes, et cela dans une logique concurrentielle, et afin d'attirer de la richesse, des entreprises, des populations aisées, des gens qui paient des impôts en somme, une cellule se charge d'assurer l'accueil de ses populations.

Populations qui parce qu'elles viennent à Amiens pas nécessairement par choix, pour le travail, souvent ayant une mauvaise image de la ville, comme une ville qui serait perdue dans le Nord de la France et pour qui le fait de pouvoir trouver un logement à des prix abordables n'est pas un gage de qualité. Cette cellule se charge de leurs trouver tout ce dont ils ont besoins, cela va du logement, une maison, un appartement, l'école, ou d'une simple garde pour les enfants, des réceptions sont organisées, des soirées, ou des concerts privés ont même lieu, ils sont sensibilisés sur tout ce qui peut leur offrir une belle vie à Amiens.

Pas étonnant donc que si vous allez à la maison de la Culture, juste à titre d'exemple, vous y trouviez un public particulier... disons simplement qui ne ressemble pas à tous les amiénois, qu'on ne croise pas ailleurs. Si on met en oeuvre un système qui est tout à fait nécessaire  accueillir des cadres à Amiens plutôt que de les faire fuir, mais que derrière vous rendez compte qu'on a mis en place un système où les cadres ne sont qu'entre eux, par des accès qui leurs sont offerts rien qu'à eux, limite un système de reproduction entre cadres, ça devient plus discutable.  L'actuelle municipalité reconduit ce système et je ne suis même pas sûr qu'elle se soit posé la question pour faire évoluer les choses vers plus de mélange.