Cela fait maintenant 3 semaines que je me rends aux réunions sur la démocratie et la préparation des assises du logement organisées dans plusieurs quartiers d’Amiens « à la rencontre des habitants ». J’ai un peu tardé (comme d’hab) à faire mon article, mais dans un sens c’est pas plus mal car mon sentiment à beaucoup évolué, j’en suis totalement déçu.

Photobucket

Même si tout le monde n’en a pas forcement conscience, l’enjeu politique et philosophique des dernières élections municipales étaient de remettre en cause la façon dont les décisions étaient prises à Amiens, présentant tout le temps des projets déjà bouclés à la population juste ou moment ou les travaux allaient commencer, ci ce n’était déjà fait, et à quel point l’avis des amiénois aurait bien pu servir à quelques chose. Bien sur une bonne partie des critiques portait sur les comités de quartier, lieu regroupant une petite partie des habitants chouchoutés par la ville tant qu’ils laissaient les élus faire ce qu’ils voulaient. Ils ne se contentaient que des petits problèmes du quotidien, et de l’organisation des moments conviviaux, Mais sans doute trop bien entre eux jamais il n’y a eu de leur part de démarche pour s’ouvrir.

La volonté de ces réunions, est sous un chapiteau au pied des immeubles de rencontrer les habitants, afin de bâtir le projet de démocratie pour associer ceux qui ne se déplaceraient pas d’eux même. Bon si l’intention est louable, le résultat montre que les habitants ne se déplacent pas pour autant. Enfin  il convient de nuancer. C’est un peu pour ça aussi que je suis allé voir ces réunions j’ai bien connu les réunions d’avant. Je me souviens de la femme encore là aujourd’hui qui avait un malin plaisir à virer les habitants qui s’asseyaient au premier rang car c’était réservé aux élus et présidents des comités de quartier. J’avais un peu peur de retrouver la même situation, à savoir une réunion devant un parterre d’élus et des présidents de comités de quartier qui veillent à bien rester des interlocuteurs privilégiés. Il aura fallu 3 semaines pour retrouver (presque) ça.

Photobucket

La première réunion à Fafet : 60 personnes, dont une 20-25 de l’équipe municipale des élus ou équipe du cabinet du cabinet du maire, puis des gens des services de la politique de la ville ou de l’Opac, il reste donc une 35-40 habitants, puis heureusement des jeunes qui passent par là et sont venus interpeler les élus.

Premier constat, les débats sur le logement sont intéressants assez pour comprendre que les habitants ne réclament pas essentiellement  de changer de logement mais plutôt sur le manque d’attrait du quartier en matière de service du genre un gardien pour 3 immeubles ce n’est pas possible, ou encore de la sécurité. Petit point d’achoppements quand Isabelle Gros (adjointe chargée du logement) fait la réflexion que c’est la pauvreté engendre les problèmes et que c’est prouvé statistiquement, alors les habitants s s’énervent à juste titre il me semble répondant que l’on peut être pauvre et être heureux, justement que c’est en continuant à tenir se genre de discours (pauvre = insécurité) que le quartier à une mauvaise réputation, et qu’au final on n’embauche pas des gens venant de ce quartier.

Photobucket (le verre de l'amitié y était offert)

La deuxième semaine à Condorcet, on est vraiment au pied des immeubles encore une fois pas grand monde, c’est plus l’insalubrité des bâtiments qui n’ont pas étés entretenus depuis 30 ans qui retient l’attention, les rats, encore l’animation... On comprend mieux que pendant un mandat, le logement soit la priorité. Cependant il faut peut être réaliser que « priorité » n’empêche pas des élus d’être partout. L’après midi plus contrasté que la dernière fois il n’y a pratiquement que des membres de comités de quartier qui sont présents.

Photobucket
On en sait un peu plus sur l’état d’esprit des conseils de proximité (voir plus loin) avec une réflexion du maire au sujet des tirages au sort qui choque quelques personnes. Il répond par une petite phrase explique qu’on le sait très bien comment ça se passe pour les représentants si on les désigne parmi les volontaire on aura les anciens élus qui voudraient bien reprendre leur place, puis on aura ceux qui voudraient bien prendre la notre.
Enfin il est quand même important qu’au fil des ans les personnes existent dans une ville et sortent du lot de celui des élus, Tout en luttant contre une dérive qu’est le « clientélisme » il ne faut pas non plus instrumentaliser la démocratie, enfin on en est pas là. Malgré déjà des réflexions à plusieurs reprises sur la nécessité d’un deuxième mandat... toujours rattrappé par un on n’en est pas encore là.
A noter la question pertinente d'un habitant qui a demandé un mini carnaval de quartier.

La troisième semaine c’est là catastrophe, boulevard Faidherbe juste derrière le coliseum, la tente remplie par les membres des comités de quartier, et c’est limite si entre élus et comité de quartier on ne se jetait pas des fleurs. D’un côté bravo on peut être fier d’avoir des élus pleins de projet s et de volonté, puis de l’autre mais limite si on n’avait plus de reproche à faire aux comités de quartier que tout ce qu’on faisait c’était juste pour aller chercher des gens ailleurs.
Photobucket

LES CONSEILS DE PROXIMITE

Dans le projet proposé par Etienne Desjonquères, le maire adjoint chargé de la démocratie,  il est prévu des conseils de proximité consultatifs  qui seront l’échantillon de population, d’élus, d’associations référents pour le conseil municipal qui tranchera, il étudiera les demandes de la population. En gros c’est l’élément dont l’élu compte pour  faire s’impliquer les amiénois qui ne prennent pas part « naturellement aux débat ». Cela devait concerner grosso modo une centaine d’habitants qui seraient tirés au sort pour 1, 2 ou 3 ans. Même si le nombre est très restreint pourquoi pas. Même si cette assemblée  vient au final faire le travail des anciens maires de secteurs, ou tout simplement du conseil municipal, elle peut avoir du bon. Les membres d’associations référents ainsi que des comités de quartier figureraient également dedans. Cela correspond bien à cette lutte contre le clientélisme. Plus délicat le forum permanent, lieu ou les amiénois seront invités à donner leurs avis, et idées, un peu limite comme intervention demandé à la population.

Photobucket (schéma de ce que j'ai compris sur le conseil de proximité et forum permanent sachant qu'il devrait y avoir entre 4 et 8 conseil de proximité et un forum)
Dans l’esprit des élus tous les amiénois qui s’investissent sont déjà dans des associations. Je ne suis pas d’accord du tout. Il y a des tas d'amiénois a qui on a fermé la porte.

Il faut savoir qu’à l’origine les comités que quartiers sont sensés regrouper les habitants  qui justement ne sont rattachés à aucune association, c’est le rôle des comités de quartier d’aller chercher les habitants, le porte à porte c’est pour eux ! Ce devoir d’être attractif c’est à eux qu’il revient. Alors c’est un peu fort de louer leur action, et même de n’envisager aucune réforme dans le fonctionnement. J’ai du mal à croire que les amiénois irons d’eux même au forum permanent. Tout ce travail d’accueil, d’attirer les habitants à participer n’est pas du tout pensé, l’identité des quartiers repose sur eux Est-ce la fin des quartier ?. Alors bien sur depuis 3 semaines on nous fait part des vertus du porte à porte. Mais bon en attendant ils n’en font pas d porte à porte pour annoncer les réunions sous chapiteau ?

Prochaines réunions Le 18 octobre à Etouvie et le 25 octobre à la Vallée.