Il est temps que ça commence, bien que des réunions ont déjà lieu, personnellement je ne sais pas comment on en est informé actuellement, en tout cas ça passe pas par chez moi.

Le sujet de la démocratie a été abordé par la plupart des candidats lors des municipales sans être à proprement parler un intérêt principal pour la population de tous les jours.

Pourtant je partage cet intérêt qui pour moi est central à l’image d’une ville, à la vie d’une ville, à son identité qui n’existe que grâce à la participation des habitants

Quand j’ai commencé à m’intéresser à ces points, c’était les gros débuts de la démocratie amiénoise en 2002 avec les premiers rendez-vous de la démocratie, les jeudis chez vous, les vendredis de la métro. C’est vrai que tout a été mis en place à l’initiative de l’ancienne municipalité, et même avant que la loi du 27 février 2002 qui rend obligatoire les conseils de quartier ne les y oblige.

Seulement beaucoup d’éléments en ont fait des espaces éminemment critiquables.

menu_01

La limite  des comités de quartier s’est vite fait sentir, tant dans la fréquentation, sans jamais chercher à y remédier, puisque ceux qui l’animaient y trouvaient leur compte, c’est la qu’il peut y avoir une dérive clientéliste.

Il aurait fallu fixer des objectifs notamment en taux de fréquentation. Entre un début et une fin de mandat, il doit y avoir des résultats, (Il n’y en a jamais eu). Ils auraient du avoir une obligation d’être intéressant.

Même GdR ne s’en cachait pas même si pour lui la démocratie à toujours été exemplaire (dans son esprit), il ne se gênait pas pour les remettre à leur place en leur disant qu’ils n’étaient pas représentatifs de la population de leur quartier (population d’habitués, plus âgés…). Cela montre bien que tout n’était pas rose. Il est, je pense, logique de revoir ça. Ce que GdR avouait à demi-mot sans jamais rien proposer.

La liberté des comités de quartier a toujours été d’organiser des soirées beaujolais, et diverses fêtes et sorties, toujours pour les habitués… on est toujours dans le clientélisme.

Le Forum de l’union des comités de quartier est toujours resté désespérément vide.
Sur internet des sites inactifs aujourd’hui existent, celui de Jacques Lessard ou encore Christophe Porquier. D’autres inintéressants au possible celui de Brigitte fourré, ou celui de Gilles de Robien juste le temps d’une campagne, et qui sont plus destinés à entretenir une présence pour les fidèles, les amis (Jean-Claude Oger), ou pour espérer un jour reprendre la place qu’on a aujourd’hui perdu (Guillaume Duflot).

L’équipe municipale actuelle prétend changer les choses, apporter du nouveau. La première étape, c’est acheter un barnum pour s’installer dans les quartiers et ainsi inciter les riverains à y rentrer, ils prétendent qu’une assemblé de proximité composée de personnes tirées au sort va tout remplacer, ils entendent même leur attribuer un pouvoir  décisionnaire. Ça va quand même changer.

Je ne suis pas persuadé que ce soit ce qu’Amiens avait besoin, pourquoi une trentaine de personnes dans des quartiers seraient plus légitime, comment vont-il englober les autres amiénois ? Est-ce une garantie  d’intégrer les plus jeunes ?
De plus comment se satisfaire d’un découpage de quartier ? La on ne parle plus des 26 (?) comités de quartier ? Mais de 8 grandes Zones.

Il aurait été encore à mon sens, plus logique une remise à plat des comités de quartier, une modification en profondeur, sans être indépendants, ils auraient du être partenaire des élus, le lieu ou peuvent se raccrocher tous les habitants qui ne sont pas membre d’association et de fait  exclus.

Avant l’information était strictement orientée sur le quartier, excluant de fait les autres amiénois, Visiblement, ils continuent dans ce choix c’est fort dommage, on est absolument pas au courent des réunions dans les autres quartiers en ce moment on  est déjà pas informé des réunions qui ont lieu dans nos quartier.

Il faut savoir qu’en terme de démocratie,  il faut à la fois des rendez vous qui s’institutionnalisent dans des endroits précis, pour que les habitants aient leurs habitudes. Mais il faut savoir aussi que tout pratique mise en œuvre n’est rarement un succès permanant, il faut toujours se renouveler.

Tous ces changements sont souhaitables  pour  l’intérêt des amiénois, mais j’ai l’impression qu’il va falloir rester vigilent.