La construction de nouveaux logements étudiants en bordure du quartier Saint Pierre et à proximité de la citadelle fait des remous. On l'apprend depuis quelques jours dans la presse locale; Nisso Pelosof se fait le porte parole d'une opposition des riverains.

Le souci c'est pour leurs habitations qui pourraient en souffrir, leur cadre de vie aussi (des appartements en fond de terrain) mais aussi la disparition d'espaces vert (les arbres ont déjà été abattu), ce qui va  de pair avec une volonté de densifier la ville. On peut aussi ajouter la protection du patrimoine ( Il serait intéressant de veiller à la façon dont va évoluer la citadelle avec le transfert de l'université à cet endroit, ce qui semble donc décidé alors ?  En effet seule la porte est classé le reste, bâtiments est remparts pourront à loisir être modifiés, ou rasés).

De l'autre côté, il y a la ville où les logements étudiants manquent; ce qui est le plus choquant c'est qu'on rappelle que les habitants ne peuvent pas ignorer les constructions à venir, puisqu'il y a eu des réunions à ce sujet!

Je ne comprends pas pourquoi on nous parle encore de ces réunions pour justifier une "information". C'est quand même ce qui est le plus critiquable de la part de l'ancienne municipalité et pourtant c'est encore ce que semble choisir la nouvelle équipe que ce soit en tente ou en salle.

On a comme toujours une sectorisation de la ville et donc de l'information, une information qui ne concerne donc comme toujours que les 150 personnes présentes dans la salle et qui ne sont pas toujours à même d'y répondre au moment ou on le leur demande (bien sûr la maintenat rien n'est décidé au moment des réunions, c'est déjà ça! Mais ce n'est pas suffisant).

Je rappellerai que l'information doit être de proximité certes mais aussi générale aux amiénois, abordable aussi et pas juste au moment où on nous autorise à aborder le sujet . Alors ça me fait peur qu'on prenne encore aujourd'hui comme référence ce qui é été fait par le passé.

Un système existe pourtant. Il a toujours été détourné de son sens, ou appliqué partiellement ce qui montre à quel point il peut être utile:  C'est l'enquête publique. Souvent réduite au minimum, un cahier, des documents super compliqués au coin d'une table, dans un service perdu dans la mairie à des horaires  qui dérangeraient un retraité à l'heure de la sieste (ou des feux de l'amour c'est selon) et un commissaire enquêteur aux conclusions "orientées", il faut le dire.

Si seulement on s'employait à réaliser à Amiens de véritables enquêtes publiques, au moins s'inspirer de ce ystème pour mener une véritable réflexion sur des sujets larges qui ne touchent pas uniquement aux projets d'urbanisme, ce serait le début d'une vrai concertation, enfin !