Y a forcément quelque chose qui sonne faux dans ce titre. C'était le sujet du forum organisé cet après midi salle Dewailly par l'ensemble des élus de gauche pour parler de la démocratie locale à Amiens.
A cette occasion, Serge Bocquet, conseiller municipal (communiste) de Bobigny était invité pour parler de la mise en place de la démocratie participative dans sa ville et cela depuis 1998.

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Fort intéressé, d'abord par ma ville, mais ensuite sur les questions de démocratie, ou plutôt du manque de démocratie de la ville rencontré au quotidien (la place de la gare en restera pour longtemps le symbole, mais aussi les réunions de quartier, dont le public est essentiellement composé d'élus ou de membres de comité de quartier devenus amis, ou encore, réunion dont le public est ciblé par des cartons d'invitation pour seule information), j'y suis allé y faire un tour.

Et je dois dire qu'à coté de Bobigny, on fait pâle figure. Tout le monde peut se retrouver sur l'état de la démocratie à Amiens, comment les projets sont faits sans aucun consentement des riverains qui se retrouvent devant le fait accompli. Comment les comités de quartier ont un rôle de façade, complètement instrumentalisés au service de la mairie, et dont la marge de manoeuvre, c'est peanuts dans la politique amiénoise.

De l'autre coté Bobigny, certes une population moindre avec 45000 habitants, mais dont la mairie à décidé en 1998, que ces mêmes habitants étaient les meilleurs placés pour décider de leur avenir, et des projets qui les impliquent. et pour quel résultat ???

L'OBJECTIF : SE SENTIR ACTEUR DE SA VILLE

Deux fois par an est organisé à BOBIGNY une réunion de quartier Intitulée PARLONS FRANCHEMENT, dont le but est d'aboutir à l'écoute, la volonté et l'engagement des élus.
Une fois tous les deux ans ont lieu des assises de la démocratie avec une consultation LA CONSULTACTION (vidéo, enquête, questionnaire, et sondage téléphonique) dans des domaines variés.
Le tout ayant abouti à ce que la municipalité prenne 136 engagements à cours, moyen et long terme.
Les habitants prennent part à des  comités d'assises citoyennes, avec une parole donnée d'abord aux citoyens, de poser leur questions sans aucune limite, à charge des élus d'y répondre.

Les élus ne sont pas les décideurs, au contraire  ils sont auditionnés sur les engagements qu'ils ont pris par l'OBSERVATOIRE DES ENGAGEMENTS. une possibilité est offerte aussi de saisine du conseil municipal par le Comité d'Initiative Citoyenne. Les rapporteurs citoyens chef de groupe sont quant à eux élus pour un an.

On arrive à un résultat du questionnaire distribué à la population qui a compté 24000 réponses en moins de deux mois sur 45000 habitants...

Certes tout n'est pas parfait et les obstacles rencontrés sont les mêmes que peut connaître Amiens, une opposition plus soucieuse de parasiter l'exercice de la démocratie locale, le citoyen plus soucieux de son intérêt personnel.

Au final de ce forum tout cela m'inspire, car lors des derniers débat auxquels j'ai pu assister, avait été soulévée l'idée que les français n'avaient pas envie de décider d'eux mêmes qu'ils avaient besoins qu'on décide pour eux que c'était même plus rassurant pour eux (avec l'exemple des dernières présidentielles). Même si ce n'est pas faux, là on se dit que c'est quand même possible, il y une éducation à faire. 

Il est venu le moment de changer ces foutus comités de quartier amiénois, d'en changer le fonctionnement, de les rendre libre qu'ils puissent enfin faire leur travail comme lieu d'expression des habitants, et porteurs de projets, d'envies, et de dynamisme de notre ville.  Aujourd'hui à en entendre les échos que l'on a de leur fonctionnement, il y a du boulot!