Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Le premier rendez-vous de la fête dans la ville fut surprenant à un point tel qu'on ne l'avait plus vu depuis bien longtemps à Amiens. C'est dans le quartier d'étouvie que ses habitants accompagnés par le Théâtre de l'Unité, qu'une critique sévère du maire a été soulevée à l'occasion le la mise en scène de la destruction de la tour bleue programmée l'an prochain.

La tour bleue est emblématique du quartier, c'est la première barre d'immeuble construite dans les années 60 avec le quartier. C'est sous la forme d'une cérémonie officielle, où d'anciens habitants témoignent de l'attachement qu'ils portent à cet immeuble regrettant de voir disparaître ce qui fut la majeure partie de leur vie, où ils ont grandi, les souvenirs qu'ils  conservent.
C'est au moment du décompte qu'apparaît alors la dernière habitante de la tour Bleuette qui refuse de la quitter, aidée et soutenue par le voisinage, elle refuse qu'on puisse la détruire et met en avant le fait qu'on ai laissé à l'abandon cette tour vidée de ses habitants pourtant si vivante avant. Pourquoi avoir laissé vieillir l'immeuble et se détériorer, ainsi que l'ensemble du quartier ? Pourquoi on décide comme ça de la détruire !
C'est décidé elle ne quittera pas la tour avant d'avoir rencontré le maire Gilles de Robien, qui jamais ne les a écouté, ni demandé leur avis. Alors elle ne quittera pas son immeuble tant qu'elle ne se sera pas expliquée avec lui, ce que dans une mise en scène burlesque a vu l'entrée du G.I.G.N et même de l'armée à l'assaut de la tour. S'en suit une série d'explosions et de jets de mobilier par les fenêtres pour repousser les assaillants. Puis Bleuette aidée d'habitants déplie des banderoles qui annoncent leurs revendications, et souhaitent que le maire les respecte.

<Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

" A VOTRE TOUR DE M'ÉCOUTER "
" A TON TOUR DE ME PARLER "   
" A MON TOUR D'ACCEPTER "

En l'absence du maire, un appel à des élus dans le public est fait. A une semaine du deuxième tour des législatives  nombreux sont encore présents et c'est maxime Gremetz et Jean-Yves Bourgois qui sont volontaire, maxime le premier, pour rencontrer Bleuette et signer la pétition affichée sur le mur de la tour.
A deux a bord de la nacelle réunis par crainte de ce que pourrait faire l'autre (enfin surtout un). C'est alors que maxime qui devait signer la banderole en premier complètera dans une orthographe qui est la sienne: 

"... EST ENSEMBLE, NOUS ALLONS L'IMPOSER".

Toute la place étant prise, et sans doute difficile de faire mieux  Jean-yves Bourgois se contentera de crier faisant haut-parleur de ses mains "ENSEMBLE".
Au final on peut dire que cette soirée fut en tout point surréelle et étonnante de liberté !!! Pour peu qu'on y prenne goût (ce n'était que du théâtre). 

L'avenir de la tour Bleue et du quartier globalement est donc à suivre ...

à voir : http://etouvie.canalblog.com/  et "le slam et tout vit"